Extrait de mon roman Pénélope

Les mois passent, et tous les jours qui passent se ressemblent. Sauf un. « Allez Nick, réponds, je t’en prie! » Pénélope tente de rejoindre le père de son enfant, mais elle en est incapable. Elle est debout dans la cuisine les pieds couverts de liquide amniotique. Elle appelle au bar et personne ne sait où il est. « Évidemment. » Elle s’est retenue de demander à Brian s’il avait le numéro de la maitresse de Nick parce qu’il est probablement parti là en ce moment!

— Charles, il faut aller à l’hôpital! Viens m’aider!

Charles ramasse quelques trucs, il verrouille sa porte et puis il tend le bras et il frappe avec vigueur dans la porte de son voisin. Dylan ouvre très rapidement.

— On a un problème, mon ami?

— On accouche!

— OK, j’arrive!

Dylan et Charles sont fous de joie et en moins de dix minutes ils sont tous dans la voiture. Pénélope est assise à l’arrière avec Dylan et ils respirent ensemble. Il tient sa main et il essaie de ne pas rire. Mais ça finit par être plus fort que lui.

— Tu trouves ça drôle?

— Ben un peu quand même! Tu trouvais ça con, dans le vidéo et là tu fais le chien pour vrai!

— Est-ce que j’ai l’air d’avoir d’autre choix? Trouve-moi d’autres idées alors!

— Non, non, c’est ben correct, fait le chien!

Charles est en avant, il dépose son coude sur le bord de la fenêtre pour mettre sa main devant sa bouche et cacher du mieux qu’il peut son fou rire. Il aimerait tellement ça en ce moment les emmener à l’hôpital pour donner naissance à leur propre enfant. Il aimerait même que cet enfant soit le sien! C’est la première fois qu’il réalise qu’il aimerait être père. Il devra bientôt cesser de couver Pénélope et s’occuper de lui, mais il n’en a pas la force. Elle a trop besoin de lui. Si Nick finit par la tuer, il ne se le pardonnera jamais. Il cesse de les regarder par le rétroviseur et il se concentre sur la route.


À l’hôpital, les deux hommes sont merveilleux. Dylan aide Pénélope à s’inscrire. Charles trouve un fauteuil roulant. Une infirmière la conduit rapidement dans sa chambre où elle pourra accoucher. Ils la suivent d’un bon pas quand ils entendent la voix de Nick retentir derrière eux.

— Je cherche ma femme, elle va accoucher ce soir! Elle m’a laissé un message. Elle s’appelle Pénélope Loisier!

— Elle est là-bas, Monsieur.

L’infirmière perplexe lui pointe le bout du corridor et forcément aussi Dylan et Charles qui se tiennent debout complètement désarmés par la mauvaise surprise. Elle était convaincue que l’un des deux était le père. Nick court jusqu’à la chambre et il se fraie un chemin entre les deux en les bousculant violemment. Il ne se retourne jamais, et il entre la rejoindre. Tout ce qu’ils entendent c’est la voix de Pénélope qui est heureuse de le voir.

Charles et Dylan sont sans mots. Ils étaient rendus. Convaincus de vivre jusqu’au bout ce petit miracle avec elle. Nick ne méritait pas d’être là. Même s’il est le père, il n’a rien fait pour elle. Il n’a même jamais entendu battre le cœur de son bébé! Charles essuie une larme et Dylan a envie de s’arracher les cheveux tellement il est fou de rage. Tous les deux s’échangent un regard lorsqu’ils reçoivent un message texte en simultané.

« Vous ne pensiez quand même pas que vous feriez naître mon bébé! Si? Vous êtes tellement bête. Pénélope est à moi! Ivy est à moi! Mettez-vous ça dans la tête! Je ne le répéterai pas deux fois. »

Dylan bondit vers la chambre, Charles le rattrape dans son élan!

— Hey! Réfléchis! Tu ne dois pas entrer là-dedans!

— Il ne va pas jouer avec ma nièce comme il joue avec Pénélope. Il n’en fera pas sa marionnette! Elle ne sera pas sa chose! Je ne laisserais pas une chose pareille se faire! Je ferais tout pour qu’ils perdent la garde. Je vais la sortir de là!

— Tu veux faire ça à Pénélope? Dylan, regarde-moi!

Dylan fixe le sol.

— Tu es capable de lui faire ça?

— Mais…

— Pénélope la protégera, je te le jure. On la protégera. Mais tu ne peux pas faire ça!

Dylan regarde au sol, il met les mains sur ses genoux. Il explose en larmes, lorsqu’il se relève il regarde Charles le regard rempli de désespoir.

— Parce que tu trouves qu’on arrive à faire quoi que ce soit depuis six ans? Depuis qu’on a dix-sept ans qu’on se fait croire qu’on joue au super héros, mais on ne change absolument rien! On est rendu à vingt-trois ans et l’on ne vaut pas mieux! On la console, mais on ne fait rien! On n’est pas de taille! Et tu penses que Pénélope va arriver à protéger Ivy? Quand moi et toi ensemble on n’arrive pas à la protéger de lui! Pénélope ne gagnera jamais physiquement et même pas mentalement contre Nick! Sur quelle planète vis-tu si tu penses le contraire Charles?

Pendant que Dylan pleure de rage et d’impuissance dans le corridor de plus en plus bondé de l’unité de maternité, Pénélope quant à elle vient de mettre au monde son petit poupon rose. L’infirmière la dépose sur elle et Nick veut immédiatement la prendre. L’infirmière insiste sur l’importance de leur laisser quelques minutes entre elles.

— On va laisser maman et bébé faire un peu de peau à peau. Vous la prendrez dans quelques instants de la même manière. Vous n’avez qu’à enlever votre chemise et vous installez sur la chaise près d’elles. Ensuite, on essaiera une mise au sein.

L’infirmière sort de la chambre et Nick, prend Ivy qui se blottissait sur le torse de sa mère.

— Nick!

— Je suis son père! Si je veux la prendre, je la prends.


20 /12/2019 © Audrey Huard, Auteure

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now